Vision

Des réalités bien différentes.

La réalité virtuelle, la réalité augmentée ou la réalité mixte bien qu’étant toutes basées sur de la 3D correspondent à des technologies différentes, pour des usages différents. L’objectif de toutes ces approches reste cependant le même: immerger l’utilisateur dans un univers réel ou imaginaire créé numériquement. Il sera alors en mesure de percevoir des sensations visuelles, auditives, haptiques ou même olfactives. Ces technologies n’étant pas encore à ce jour bien connu du grand public, il nous est apparu intéressant de revenir sur leur fonctionnement, leur cas d’usage ainsi que leur place sur le marché actuel et futur. Ceci afin de bien les distinguer.

Réalité virtuelle


La réalité virtuelle est la plus connue du grand public. L’utilisateur est immergé dans un monde virtuel, créé artificiellement par un ordinateur. L’utilisateur porte un casque occultant, il n’y a donc pas de contact visuel avec le monde réel lors de ces expériences. A l’intérieur du casque sont projetées des images à 360°, qui donnent la sensation à l’utilisateur d’être physiquement dans un autre environnement. Pour enrichir l’expérience, une camera va capturer les gestes de l’utilisateur et les retranscrire dans le monde virtuel. A titre d’exemple le Leap Motion est un dispositif de reconnaissance de mouvement des mains, créé pour la réalité virtuelle. L’utilisateur va ainsi voir et utiliser dans le monde virtuel ses propres mains, qui seront représentées sous forme d’un avatar.
 
Les interactions dans le monde virtuel peuvent se faire par des gestes ou à l’aide d’accessoires. Des dispositifs mécaniques ou mécatroniques sont parfois mis en place pour que toutes les sensations de l’utilisateur (visuelles, physiques, auditives…) convergent, pour renvoyer des messages cohérents au cerveau et simuler de façon encore plus précise une expérience réelle. C’est d’ailleurs le décalage de sensations entre le corps et le mouvement perçu par les yeux qui peut engendrer des nausées. La réalité virtuelle est utilisée pour le grand public majoritairement dans les jeux vidéos.
 
Les entreprises quant à elles, l’utilisent de plus en plus pour le marketing et la communication, pour créer des formations immersives, mais également dans des phases de conception, afin d’avoir idée précise du design d’un futur produit. Les casques de réalité virtuelle les plus vendus sur le marché sont le Gear VR de Samsung, le Vive d’HTC, le Playstation VR de Sony et enfin le Rift d’Oculus, filiale de Facebook.

Réalité augmentée


Cette réalité s’est fait connaître auprès du grand public par le jeu Pokémon Go. Dans cette technologie, l’utilisateur maintient une vision sur le monde réel qui va être « augmenté » d’informations virtuelles. Ces informations (visuelles ou sonores) viennent se superposer au monde réel, pour créer un nouvel environnement en 3D. Les informations visuelles sont ajoutées sous forme d’hologrammes qui viennent se superposer aux éléments du monde réel, c’est la reconnaissance d’une image qui va déclencher ce processus.
 
La réalité augmentée peut s’utiliser grâce à un smartphone, une tablette, un ordinateur ou grâce à des casques ou lunettes intelligentes. Aucune lunettes de réalité augmentée n’ont à ce jour percé auprès du grand public, l’usage de la réalité augmentée est pour l’instant principalement professionnel. Les cas d’usage dans l’industrie sont nombreux, pour la maintenance, la production, la logistique par exemple. Contrairement à la réalité virtuelle, l’utilisateur de lunettes de réalité augmentée n’est pas coupé de son environnement et il peut continuer à réaliser ses taches avec une meilleure productivité grâce aux informations en temps réel ajoutées dans son champ de vision. Dans la maintenance, on voit se développer des solutions d’expert à distance qui permettent à un opérateur portant des lunettes intelligentes d’être accompagné à distance par un expert qui verra ce que voit l’opérateur et pourra ainsi le guider et ajouter des hologrammes visibles dans les lunettes. Pour la production la réalité augmentée permet de faciliter les procédures d’assemblages complexes ou d’améliorer le contrôle qualité.
 
Les principaux acteurs du secteur de la réalité augmentée sont Microsoft avec son casque Hololens, Apple grâce son kit de développement d’applications en réalité augmentée ARKit. Enfin la start-up Magic Leap a beaucoup fait parler d’elle ces dernières années, elle a enfin annoncé la sortie de son premier casque de réalité augmentée en 2018, pour concurrencer Microsoft Hololens.

Réalité mixte


Il n’y a à l’heure actuelle pas de consensus autour de la notion de réalité mixte. Cette appellation a été utilisée à l’origine par Microsoft au lancement de son casque Hololens pour désigner un mélange entre holographie et monde réel. La différence avec la réalité augmentée selon Microsoft viendrait de la qualité de l’expérience, et de la possibilité de manipuler un hologramme en 3 dimensions. On peut penser que cette désignation a été une façon pour Microsoft de faire parler de son produit et de se distinguer de la concurrence.
 
La notion de réalité mixte a ensuite été élargie aux usages de casques de réalité virtuelle pour désigner une expérience très qualitative mêlant réel et virtuelle. Microsoft a ainsi créée une plateforme « Windows Mixed Reality » en partenariat avec de nombreux constructeurs tel que Asus, Lenovo, Dell, HP, Samsung ou encore Acer. Cette plateforme offre aux développeurs les ressources pour développer des expériences virtuelles ou augmentée de qualité et s’adaptant sur tout type de Hardware. On voit ainsi que la notion de réalité mixte n’est pas clairement définie à ce jour, et qu’elle relève plus du marketing que d’une définition technique.